Historique

En 1981, le centre des jeunes de Farnham fut fondé avec une nouvelle charte et un nouveau désir d'offrir un espace de qualité pour les ados. La Maison était toujours située au Centre-Ville et les ados ne se sont pas fait prier pour y venir régulièrement. Il y avait une bonne fréquentation, puis vint le premier déménagement du «centre» au-dessus du bureau d'assurance-chômage de l'époque.

Le projet faisait son bout de chemin malgré des difficultés de financement et d'organisation. Le deuxième déménagement coïncida avec le deuxième creux de vague beaucoup plus important.
En 1984, l'organisme parvient à obtenir une subvention du ministère des affaires sociales, ce qui a permis l'embauche d'une coordonnatrice à plein temps.
Après avoir échoué sur le plan du conseil d'administration représentant différents acteurs de la communauté, le CLSC mit la main à la pâte. Le CLSC joua un grand rôle dans la réorganisation du fonctionnement du centre des jeunes. Un nouveau coordonnateur fut embauché et une nouvelle philosophie sur la participation des jeunes fut instaurée.
Des lors, on assiste à une nouvelle dynamique qui va maintenir son rythme et développer des outils démocratiques et de nouvelles façons de faire. Nous assistons à un changement d'âge, soit 12-18 ans au lieu de 14-19 ans.
Le projet fut expliqué aux jeunes qui l'expliquaient à d'autres jeunes. L'opération fit boule de neige et la fréquentation augmenta de façon significative. C'est à ce moment-là que le concept de citoyens-enne actifs-ve, critiques et responsables prit de l'ampleur dans les mœurs du centre de jeunes. Avec une permanence stable et une équipe de bénévole constante et efficace, cela fit du
«centre des jeunes» un endroit d'actions où il était possible de réaliser plein de projets (films, lipsing, show, pièce de théâtre, discussion sur leur vécu, etc.)
En 1986, le centre des jeunes de Farnham Inc. devient membre du RMJQ (Regroupement des maisons de jeunes du Québec). Par ce fait, le Centre des Jeunes accepte de suivre la philosophie du Regroupement et, plus important encore, le CDJ n'est plus isolé dans son patelin. Il fait maintenant partie d'un Regroupement provinciale qui va, sans cesse, en grandissant.